foyer


foyer

foyer [ fwaje ] n. m.
fuier 1190; lat. pop. °focarium, de focus « foyer » 1. feu
ILieu où l'on fait du feu.
1Espace aménagé dans les pièces d'une maison pour y faire du feu. cheminée. Soirées passées devant le foyer (cf. Au coin du feu).
Partie de la cheminée où brûle le feu. âtre. « La cheminée en pierre, dont le foyer toujours propre atteste qu'il ne s'y fait de feu que dans les grandes occasions » (Balzac). Par ext. Dalle (de marbre, etc.) qu'on scelle en avant du foyer pour l'isoler du parquet.
2Par ext. Le feu qui brûle dans le foyer, dans l'âtre. « Mon foyer [...] ne brûlait pas tout bonnement, comme les autres [...] Il était aussi le feu saint, sur lequel [...] mijote le repas du voyageur » (Bosco).
Foyer d'incendie : brasier d'où se propage l'incendie.
3Techn. Partie d'un appareil de chauffage dans laquelle brûle le combustible. Foyer d'un fourneau. Chaudière à deux foyers. Foyer fumivore, qui brûle lui-même sa fumée. Foyer à grille. Foyers à chargement automatique.
IIPar ext. Lieu servant d'abri, d'asile.
1Lieu où vit, où habite la famille ( demeure, home, maison, toit); la famille elle-même. Être sans foyer (cf. Être sans feu ni lieu). Le foyer conjugal, paternel. domicile. « L'humanité entière comprend la joie du foyer, les affections de famille » (Chateaubriand). « Un foyer ne doit pas être un lieu où l'on séjourne, mais un lieu où l'on revient » (Montherlant). La femme, la mère au foyer, qui n'exerce pas d'activité professionnelle. Fonder un foyer : se marier, fonder une famille. Par ext. Jeune foyer. ménage. Foyer fiscal : famille ou personne vivant seule assujettie à l'impôt sur le revenu.
Plur. Vieilli Rentrer dans ses foyers, dans son pays natal, à son domicile. ⇒ pénates(fig.). Soldat renvoyé dans ses foyers, démobilisé.
2Lieu de réunion ou de vie réservé à une catégorie de personnes et offrant certains services collectifs. Foyer de jeunes travailleurs. Foyer pour étudiants. résidence (universitaire). Foyer d'hébergement. Foyer de personnes âgées. maison (de retraite). Foyer d'accueil : établissement prenant en charge des jeunes en danger qui ne peuvent plus rester dans leur famille. Vivre en foyer.
3Salle d'un théâtre où l'on fume, boit (où se rassemblaient les acteurs, les spectateurs, pour se chauffer). Le foyer de l'Opéra.
III(par anal. avec le feu qui rayonne de l'énergie)
1Phys. Source d'un rayonnement. Opt. Point image par réflexion (avec un miroir), réfraction ou transmission (avec une lentille) d'un faisceau de rayons parallèles dont le point objet est à l'infini ( focal). Foyer réel. Foyer virtuel : point où convergeraient les rayons réfléchis prolongés. Cour. Lunettes à double foyer ( bifocal) .
2(1690) Géom. Foyer d'une conique : point fixe du plan affine euclidien associé à une droite fixe (ou directrice) tel que le rapport des distances (ou excentricité) de tout point de la conique au foyer et à la directrice, est constant. Les orbites des planètes décrivent des ellipses dont le Soleil est un foyer.
3Fig. Point central, d'où provient qqch. centre. Le foyer de l'effervescence, de la révolte. Méd. Siège principal d'une maladie; lésion. Foyer tuberculeux. Lieu d'où se propage une maladie. Les îlots insalubres, foyers d'épidémie.
⊗ HOM. poss. Fouailler.

Foyer lieu où prend le feu, où est allumé un feu qui risque de produire un incendie.

foyer
n. m.
rI./r
d1./d Endroit où l'on fait du feu. Les pierres d'un foyer.
(Québec) Cheminée (sens 1).
d2./d Par ext. Feu qui brûle dans un foyer. Les cendres du foyer.
|| Endroit où le feu a pris, où il est le plus ardent. Foyer d'un incendie.
d3./d TECH Partie d'un appareil, d'une machine où a lieu la combustion. Le foyer d'une chaudière.
rII./r Par ext.
d1./d Domicile familial; la famille elle-même. Le foyer conjugal. L'intimité du foyer. Mère, femme au foyer, qui ne travaille pas à l'extérieur.
(Plur.) Rentrer dans ses foyers: regagner son domicile, son pays, partic. en parlant d'un soldat.
|| Fonder un foyer, une famille. Foyer fiscal, représenté par le contribuable au nom duquel est établie la déclaration d'impôt.
d2./d Lieu où l'on se réunit pour se distraire, discuter, etc., dans certains établissements. Le foyer d'une caserne.
|| Foyer socioculturel: équipement collectif mis à la disposition des habitants d'un secteur géographique, animé par des éducateurs et des psychologues.
|| THEAT Endroit, dans un théâtre, où le public peut boire et fumer pendant les entractes.
d3./d établissement destiné à l'accueil et au logement de certaines catégories de personnes. Foyer de jeunes travailleurs.
|| (Québec) Foyer nourricier: famille d'accueil pour enfants, agréée des services sociaux.
d4./d (Québec) Syn. de salon mortuaire.
rIII/r Par anal. Centre de rayonnement.
d1./d Point central d'où qqch provient. Foyer de résistance, d'intrigues.
|| MED Siège principal d'une maladie. Foyer infectieux, cancéreux.
d2./d OPT Point de convergence des rayons lumineux après réflexion sur un miroir ou après passage à travers une lentille (le faisceau initial étant formé de rayons parallèles). Lunettes à double foyer.
d3./d GEOM Foyer d'une conique: point tel que le rapport (nommé excentricité) des distances d'un point de la conique à ce foyer et à une droite fixe (appelée directrice) soit constant.
d4./d GEOPH Syn. de hypocentre.

⇒FOYER, subst. masc.
I.— Lieu où l'on fait du feu.
A.— 1. Espace spécialement aménagé pour y faire du feu; en partic., partie de la cheminée où brûle le feu. Foyer de la cheminée, de la cuisine; foyer sans feu; foyer de pierre. Synon. âtre. J'entrai dans une de ces huttes : c'était un taudis sans fenêtre, avec un foyer de pierres brutes placé au centre (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 58). Les lourds landiers, qui allèrent remplacer dans le foyer les pierres glissées sous les bûches (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 160). Une bûche s'effondra, des braises roulèrent hors du foyer. L'Allemand se pencha, ramassa les braises avec des pincettes (VERCORS, Silence mer, 1942, p. 37) :
1. ... M. de Coëtquidan s'était approché de sa cheminée, où le feu se mourait. Délicatement, avec ses ciseaux, il s'était coupé deux poils de la barbe, et il les avait posés sur la pelle du foyer, qu'il tenait maintenant au-dessus de la braise. Bientôt les poils commencèrent de grésiller. Alors une expression d'amusement, de jubilation enfantine apparut sur le masque barbu du vieillard...
MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 749.
SYNT. Foyer étroit, grand, large; braises, bûches, cendres du foyer;, feu, flamme du foyer; tirage du foyer; pierre du foyer; coin du foyer; s'asseoir devant le/près du foyer.
Marbre du foyer ou, p. ell., foyer. Dalle (de marbre, de pierre, etc.) scellée devant le foyer afin de l'isoler du parquet. La Toutouque [une chienne] cuisait (...) sur le marbre brûlant du foyer (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 152). D'un pincement de lèvres, il repoussa la cigarette, la laissa tomber à ses pieds, sur le marbre du foyer (BERNANOS, Mauv. rêve, 1948, p. 967).
Rem. La plupart des dict. gén. mentionnent a) Le sens de « cadre de bois entourant le marbre du foyer ». b) Tapis de foyer ou, p. ell., foyer. Petit tapis placé devant le foyer.
2. Spéc. Foyer d'incendie. Endroit où le feu se déclare, où il est le plus ardent et d'où il se propage. Une caisse d'acide, ou d'autres liqueurs chimiques (...) avait pris feu d'elle-même, et répandu une fumée si épaisse sous les ponts, qu'il avait été très-difficile de découvrir le foyer de l'incendie (Voy. La Pérouse, t. 3, 1797, p. 261). Dans le fond du foyer de l'incendie, des charpentes semblables à des ifs de feu, tournant, se tordant avec des vibrations ignées (GONCOURT, Journal, 1864, p. 109).
Au fig., gén. dans le domaine des relations internat. Lieu où se concentrent des tensions, des troubles qui peuvent s'étendre et dégénérer en conflits plus graves. Dans le cas d'une expédition en Turquie ou d'une irruption dans les principautés, il était d'une mauvaise politique de laisser un foyer d'incendie aux portes de la Pologne (BALZAC, Œuvres div., t. 3, 1836, p. 63).
3. TECHNOL. Partie d'un appareil de cuisson ou de chauffage, domestique ou industriel, où brûle le combustible. Foyer d'un poêle, d'un fourneau; foyer à grille, à chargement automatique; grille du foyer. On a cherché (...) [à] faire le chargement d'une manière continue, de façon à maintenir le foyer toujours dans le même état. Les foyers dits à alimentation continue sont basés sur ce principe (SER, Phys. industr., 1888, p. 431). Dans la chaufferie à six foyers, des ouvriers (...) piquaient le mâchefer des grilles avec de longs ringards qu'ils retiraient rouges (HAMP, Champagne, 1909, p. 97). La mère tisonna le foyer de la cuisinière (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 150) :
2. ... il ne s'arrêta dehors que devant le bâtiment des générateurs. La porte, grande ouverte, laissait voir sept chaudières à deux foyers. Au milieu de la buée blanche, dans le sifflement des fuites, un chauffeur était occupé à charger un des foyers, dont l'ardente fournaise se faisait sentir jusque sur le seuil...
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1154.
Rem. La docum. atteste a) Un emploi de foyer (en parlant d'une pipe) au sens de « fourneau ». Tous les visiteurs [d'Omer-Pacha, dans un dessin de Guys] sont rangés sur des divans, ajustant à leurs lèvres des pipes, longues comme des sarbacanes, dont le foyer repose à leurs pieds (BAUDEL., Curios. esthét., 1867, p. 342). b) Qq. très rares emplois au fig. ou p. métaph. Il n'y eut plus dans Gwynplaine que le cœur, foyer, et l'amour, flamme (HUGO, Homme qui rit, t. 2, 1869, p. 149).
B.— P. méton.
1. Feu (qui brûle dans le foyer). Foyer allumé, ardent, éteint. L'horizon était en feu; mais, par endroits, on distinguait des foyers plus intenses, des gerbes d'un pourpre vif (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 605). De distance en distance, des foyers s'allument (MARAN, Batouala, 1921, p. 50) :
3. Explosions et incendies de tous côtés aux pourtours de la ville. J'ai compté plus de vingt foyers. Ils ne sont pas le fait de l'aviation anglo-américaine : les Allemands, traqués, devant que d'évacuer la ville, font sauter leurs dépôts.
GIDE, Journal, 1943, p. 235.
SYNT. Foyer brûlant, flamboyant, incandescent; foyer qui éclaire, qui s'éteint; ardeur, clarté, lueur, pétillement du foyer.
HIST. ANC. Foyer sacré ou, p. ell., foyer ( ou Vesta). Foyer domestique devant toujours être alimenté, centre religieux de la demeure; foyer commun auprès duquel sont placés les dieux tutélaires de la ville (cf. feu sacré, feu I B 1 b). Les Romaines Restaient près du foyer sacré Et chantaient en filant la laine Des hymnes aux dieux ignorés (MAUROIS, Silences Bramble, 1918, p. 168). Les plus anciens sanctuaires et les plus essentiels, notamment celui de Vesta, foyer commun auprès duquel étaient conservés les Pénates du peuple romain, mystérieux fétiches liés au salut de la Ville (P. GRIMAL, La Civilisation romaine, Paris, Arthaud, 1960, p. 29) :
4. Au milieu de chaque demeure s'élève la pierre sacrée du foyer, l'autel domestique. Elle est le centre de la famille, image de ce centre immobile du monde que nos pères ont appelé Histiè.
MÉNARD, Rêv. païen mystique, 1876, p. 65.
2. P. métaph. Foyer de l'amour, de la passion. Cet homme, en apparence froid et compassé, semblait contenir en lui-même un foyer secret dont la flamme agissait sur nous (BALZAC, Deux rêves, 1830, p. 351). Ce qu'une morale de restriction hypocrite a nommé les plus bas instincts de l'homme devenait ainsi l'ardent foyer où la vie puisait son inextinguible flamme (ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 216) :
5. « O Hoffnung! Hoffnung!... » Le cri éternel de notre Beethoven... De toutes les formes du Divin, qu'il chercha et qu'il épousa, celle qui fut la plus persistante... Car elle était le foyer même de son énergie, le noyau brûlant de sa création, et l'imbrisable élan de sa vaillance...
ROLLAND, Beeth., t. 1, 1937, p. 64.
Rem. La docum. atteste qq. emplois p. ext. et métaph. Quelques-uns [au marché des Innocents] se chauffaient autour de feux comme ceux que font les soldats qui campent, — d'autres s'allumaient des foyers intérieurs dans les cabarets voisins (NERVAL, Bohême gal., 1855, p. 149). Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre (BAUDEL., Poèmes prose, 1867, p. 185). Toujours ces quarante de fièvre, ce petit corps qui brûle, ce foyer intérieur qui dévore une petite âme (RENARD, Journal, 1901, p. 632).
II.— P. ext. Lieu servant d'abri à des personnes.
A.— 1. Lieu où habite, où vit une famille. Foyer des ancêtres, de la famille; quitter, regagner son foyer. Heureux celui qui retrouve le soir le foyer domestique, et s'y assied au milieu des siens (LAMENNAIS, Paroles croyant, 1834, p. 270). Nous habitions autrefois les uns, notre petite cité, les autres, la campagne, à deux kilomètres et demi de foyer à foyer (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 78). Elle sourit et s'esquiva, le laissant seul. Seul, avec cette sensation d'un foyer retrouvé, ce rêve d'une douceur féminine à son chevet (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 782) :
6. ... l'image de ma première nuit de vol en Argentine, une nuit sombre où scintillaient seules, comme des étoiles, les rares lumières éparses dans la plaine. Chacune signalait, dans cet océan de ténèbres, le miracle d'une conscience. Dans ce foyer, on lisait, on réfléchissait, on poursuivait des confidences. Dans cet autre, peut-être, on cherchait à sonder l'espace, on s'usait en calculs sur la nébuleuse d'Andromède. Là, on aimait.
SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 139.
SYNT. Foyer domestique, maternel, paternel; humble, pauvre foyer; la douceur, les joies du foyer; le gardien du foyer; femme, mère au foyer (cf. femme 2e section II B 2); le retour au foyer; retourner au foyer; retrouver son foyer.
2. En partic.
a) Foyer conjugal, familial. Domicile conjugal, familial. Et c'est pour des femmes comme ça que les maris délaissent le foyer conjugal! (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, III, 17, p. 71). Le jeune Bernard a brusquement quitté le foyer familial, où il n'aurait jamais dû entrer (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1118).
b) Gén. au plur. Pays natal, domicile habituel. Réintégrer ses foyers; rentrer dans ses foyers. Des familles entières se déplaçant d'une contrée à une autre. Une famine, une épidémie, ou simplement la difficulté de vivre les a forcées à abandonner leurs foyers (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 44).
Renvoyer un soldat dans ses foyers. Le démobiliser. Ils [des prisonniers de guerre] se trouvaient sur le point d'être renvoyés dans leurs foyers (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 359).
3. P. méton. Ensemble des personnes qui composent la famille (vivant sous le même toit); la vie familiale. Toute l'instruction que peut et doit acquérir une femme, la fillette et la jeune personne [la] reçoivent, et la mêlent, revenues dans leur famille, à l'éducation du foyer (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p. 759). Sabine, gâtée par la promiscuité de cette fille, poussée à tout, devenait l'effondrement final, la moisissure même du foyer (ZOLA, Nana, 1880, p. 1465). La vie française est dominée par la femme; c'est elle qui règne, est maîtresse du foyer (BARRÈS, Cahiers, t. 11, 1917-18, p. 370) :
7. Non seulement l'individu n'existe pas, mais son existence serait contraire à la conception même du foyer qui est peut-être le noyau, peut-être la contraction de la cité, en tout cas fait avec elle un organisme indissoluble dont rien, sans ruiner l'une ou l'autre, ne saurait être retranché. La liberté de l'être humain n'est ni conçue, ni concevable hors le groupement familial qui ne conçoit pas non plus la sienne hors de son enclos et de ses dieux, le groupement familial voisin la limitant de toute part.
FAURE, Espr., formes, 1927, p. 20.
Fonder un foyer.
Rem. Foyer désigne souvent simultanément le lieu où vit la famille et la famille elle-même (cf. les ex. supra).
B.— P. ext. Lieu de réunion, d'asile pour certaines personnes. Foyer populaire, rural; foyer de jeunes travailleurs, du soldat; foyer d'accueil et d'hébergement. Une serviette de livres à offrir, si pesante qu'elle rappelait les légendaires serviettes des temps héroïques du Foyer et de la Bibliothèque Américaine (DU BOS, Journal, 1927, p. 188). Cinq familles ensevelies sous les décombres du « Foyer du Combattant », grand immeuble de ciment armé, qui s'est écroulé tout entier (GIDE, Journal, 1943, p. 164). À Paris, l'Assistance Publique a organisé des foyers du vieillard où les vieux du quartier peuvent venir passer la journée dans un endroit confortable avec diverses possibilités de distraction (Travail social, 1953, 3e trimestre, p. 29).
En partic., domaine du spectacle
Foyer des acteurs, des artistes ou, p. ell., foyer. Salle commune où se réunissent les comédiens. Une pièce d'Augier : événement au foyer des acteurs non moins qu'au foyer du public, attentifs l'un et l'autre à la reprise de Philiberte (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p. 767). Comme il passait devant le foyer des artistes, il avait aperçu, par les portes ouvertes, le délabrement de la vaste pièce, honteuse de taches et d'usure au grand jour (ZOLA, Nana, 1880, p. 1332). Répétition. Antoine est là et fait travailler, d'abord en scène, puis au foyer (RENARD, Journal, 1900, p. 571).
Foyer de la danse (cf. danse I B 3 b).
Foyer du public ou, p. ell., foyer. Salle où les spectateurs peuvent circuler, prendre des consommations pendant les entractes. Il [Du Tillet] se maintint dans la sphère élevée des gens qui mêlent les plaisirs aux affaires, en faisant du foyer de l'Opéra la succursale de la Bourse (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 63). Au foyer, ils retrouvent la salle bruyante, émue et défaite, qui se remet, renoue ses histoires de la vie à cette minute de l'art dramatique (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 216).
III.— P. anal.
A.— Source d'un rayonnement.
1. Point, centre d'où rayonne de la lumière, de la chaleur. Une table d'architecte, sur laquelle une lampe à réflecteur était le seul foyer lumineux du hall (COCTEAU, Enf. terr., 1929, p. 132) :
8. ... nous concevons, par exemple, que les planètes continueraient de graviter vers le soleil et de tourner régulièrement autour de cet astre, quand il cesserait d'être pour elles un foyer de lumière et de chaleur, absolument comme elles le font dans l'ordre actuel des choses, où la régularité de leurs mouvements paraît si bien adaptée au mode d'influence des rayons solaires.
COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 205.
2. Au fig. Centre d'où provient quelque chose, lieu à partir duquel se développe, se répand quelque chose. Foyer de corruption, d'intrigues; foyer de rébellion; foyer de civilisation, de culture. Si un coup de minorité abolissait un moment la propriété capitaliste, partout s'allumeraient des foyers de résistance imprévus (JAURÈS, Ét. soc., 1901, p. 90). Ne reste-t-elle pas [l'Italie] le foyer d'émission d'où les métiers de la pierre et du marbre se répandirent dans toute l'Europe? (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 157). La volonté est là, déjà, qui dirige notre attention et la concentre sur tel ou tel foyer émetteur de sensations (LARBAUD, Journal, 1934, p. 320) :
9. Le pays [la Grèce] est si pauvre et si désert, qu'à peine avons-nous pu nous procurer pour notre ordinaire quelques figues et de l'eau potable. C'est pourtant ici, me dis-je souvent, qu'est le berceau d'une civilisation, mère de la nôtre, le premier foyer d'où les arts et les sciences rayonnèrent sur le monde.
REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 289.
Spéc., MÉD.
a) Lieu où apparaissent des cas d'une maladie quarantenaire résultant de cas importés ou non (d'apr. Méd. Biol. t. 2 1971). Foyer d'épidémie. Des foyers multiples d'une peste qui avait toutes les caractéristiques de la peste orientale, [ont] pu éclater soudainement dans l'Europe du Moyen Âge en des endroits sans aucun contact avec l'Orient (ARTAUD, Théâtre et double, 1938, p. 28). Les foyers d'infection sont en extension croissante. À l'allure où la maladie se répand, si elle n'est pas stoppée, elle risque de tuer la moitié de la ville avant deux mois (CAMUS, Peste, 1947, p. 1255).
b) Partie du corps où se trouve le siège principal d'une maladie, d'une lésion. Foyer tuberculeux. Dans le foyer de fracture et autour de lui, tous les processus structuraux et fonctionnels s'ordonnent en vue de la réparation (CARREL, L'Homme, 1935, p. 240). Un praticien averti, qui sait où est le foyer d'infection, et qui vide l'abcès avant de commencer son pansement (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 1001).
Foyer pulmonaire. ,,Zone du poumon atteinte d'un processus pathologique`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Un [sujet] dont les ganglions trachéo-bronchiques étaient caséifiés, bien qu'on ne pût découvrir aucun foyer pulmonaire (CALMETTE, Infection bacill. et tubercul., 1920, p. 160).
Rem. Certains dict. gén. mentionnent foyer purulent. Endroit où se forme le pus d'un abcès.
B.— Point de convergence, de concentration.
1. Emplois techn.
a) OPT. Point constitué par le sommet du faisceau conique formé par la réflexion ou la réfraction de rayons lumineux initialement parallèles. Foyer d'une lunette, d'un objectif, d'un télescope; foyer réel; foyer par réflexion, par réfraction. Des miroirs ou des lentilles à foyer (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 138).
Foyer virtuel (p. oppos. à -foyer réel, point où a réellement lieu la concentration des rayons lumineux). Point où convergeraient les rayons lumineux s'ils étaient prolongés. Dans la diffusion lumineuse il se forme en certains cas des foyers virtuels (BLONDEL, Action, 1893, p. 245).
Rem. PIR. 1964 mentionne un emploi de foyer dans le domaine de l'acoustique au sens de « point de convergence des ondes acoustiques frappant un réflecteur parabolique ou sphérique ».
b) P. anal., GÉOM. Point remarquable associé à certaines courbes (coniques, ellipses, hyperboles, paraboles). Kepler [a] trouvé qu'on pouvait représenter le mouvement des planètes, en admettant qu'elles décrivent des ellipses dont le soleil occupe un des foyers (COURNOT, Fond. connaiss., 1851 p. 59). On nomme ellipse, la courbe lieu des points M d'un plan tels que la somme de leurs distances à deux points fixes F, F' de ce plan, appelés foyers, soit égale à une longueur donnée (HADAMARD, Géom. ds espace, 1921, p. 190). L'ellipse tend à rejoindre en un ses deux foyers pour réintégrer le cercle primitif (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 69).
2. Au fig. Lieu, point où se concentre quelque chose.
a) [En parlant d'une chose concrète] Je me mis alors à fréquenter les foyers du haut enseignement et des lumières supérieures, le Collège de France, la Sorbonne, l'Institut (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 277). La famille, solide encore, est devenue le foyer d'une autre lutte, plus sourde (FAURE, Espr. formes, 1927, p. 24) :
10. ... il y a une nécessité de rapprochement entre tous les membres du high life, qu'ils appartiennent au foyer même de toutes les élégances, Paris, ou qu'ils soient répandus dans les différents centres de la vie fashionable.
MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p. 765.
b) [En parlant d'une chose abstr., d'un affect] Les yeux du paralytique, foyer de sa vie nerveuse, étincelaient de fureur (A. DAUDET, Pte paroisse, 1895, p. 297). Il est impossible que l'une et l'autre de ces œuvres ne sortent pas d'un foyer commun d'idées et de sentiments (FAURE, Espr. formes, 1927 p. 138). Le centre neuro-médical du professeur Bestombes devenait le véritable lieu de l'intense ferveur patriotique, le foyer pour ainsi dire (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 123) :
11. Tout mon être, en somme, est le lieu où se rencontrent le passé et l'avenir. Mes forces s'emploient à situer au centre même du moi le point de rencontre, à faire de ce point de rencontre le foyer de ma conscience morale.
J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1935-36, p. 106.
c) En partic., domaine de l'écon. Groupement géographique d'industries, centre de commerce, etc. Les principaux bassins houillers où l'emploi de la force mécanique de la vapeur a localisé les principaux foyers industriels du monde (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 142). La grande firme qui est le foyer d'une agglomération d'affaires (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 186).
Rem. Dans les emplois fig., foyer a) Désigne souvent à la fois un point de convergence et de rayonnement (cf. les ex. cités). L'espace économique est constitué par des centres (ou pôles ou foyers) d'où émanent des forces centrifuges et où vont des forces centripètes. Chaque centre qui est centre d'attraction et de répulsion... (ID., ibid., p. 131). b) Connote souvent, parfois explicitement, le feu, l'ardeur. Amour! Ô principe du monde! Flamme précieuse que la nature entière, comme une vestale inquiète, surveille incessamment dans le temple de Dieu! Foyer de tout, par qui tout existe! (MUSSET, Confess. enf. s., 1836, p. 215). Orléans est un foyer ardent de nouvelles vraies, fausses, absurdes, de bruits de toute sorte (DUPANLOUP, Journal, 1869, p. 313).
REM. Foyère, subst. fém. Dalle ou plaque scellée devant le foyer. Synon. marbre du foyer. Les bûches sifflaient. Un tison tomba des chenets, roula jusque sur la foyère (POURRAT, Gaspard, 1931, p. 79). Emploi adj. ou en appos. Plaque foyère (Clé Mots).
Prononc. et Orth. :[fwaje]. Pour la prononc. de LITTRÉ : [] cf. aboyer. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1135 foier « âtre de la cheminée » (Couronnement Louis, 542 ds T.-L.); 2. 1572 « lieu où vit une famille » (RONSARD, Franciade, III, 86, éd. Laumonier, t. 16, p. 176); 3. a) 1575 méd. « centre de quelque chose » (A. PARÉ, Œuvres, livre 20, chapitre 18, éd. J. F. Malgaigne, t. 3, p. 118); b) 1680 (RICH. : Foïer. C'est le point où se concentrent les raions du soleil). Du lat. vulg. focarium substantivation de l'adj. b. lat. des gloses focarius « qui concerne le foyer » (TLL s.v., 986, 34), dér. du class. focus (v. feu). Fréq. abs. littér. :3 569. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 5 960, b) 7 359; XXe s. : a) 3 767, b) 3 884. Bbg. Archit. 1972, p. 120, 211. — BOUDON (P.). Rech. sémiotiques sur le lieu. Semiotica. 1973, t. 7, pp. 190-225. — GOHIN 1903, p. 358. — QUEM. DDL t. 1, 8.

foyer [fwaje] n. m.
ÉTYM. 1190, fuier; du lat. pop. focarium, de focus « foyer ». → Feu, focal.
———
I Lieu où l'on fait du feu (1. Feu); feu.
1 Espace aménagé dans les pièces d'une maison pour y faire du feu. Âtre (cit. 1, 5), cheminée, 1. feu (supra cit. 25). || Un grand, un vaste foyer. || La cendre du foyer. || Crémaillère placée au-dessus du foyer. || Être assis, accroupi (cit. 2), se chauffer (cit. 2) devant le foyer. || Soirées passées devant le foyer (→ Au coin du feu).Vesta, déesse du foyer. || Le Grillon du foyer, roman de Dickens.
1 Deux ladres se lamentaient sous la fenêtre, un chien hurlait dans le carrefour, et le grillon de mon foyer vaticinait tout bas.
Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, La nuit et ses prestiges.
2 La cheminée en pierre, dont le foyer toujours propre atteste qu'il ne s'y fait de feu que dans les grandes occasions (…)
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 851.
3 La cheminée est traitée fort curieusement. On voit que dans le siècle dernier on vivait beaucoup au coin du feu (…) le foyer de cuivre doré est une merveille de sculpture, le chambranle est d'un fini précieux, la pelle et les pincettes sont délicatement travaillées, le soufflet est un bijou.
Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Pl., t. I, p. 133.
Dalle (de marbre, etc.) qu'on scelle en avant du foyer pour l'isoler du parquet ( Foyère). Cadre de bois qui entoure cette dalle. (1890). || Tapis de foyer, et, ellipt., foyer : tapis qui se place devant le foyer.
2 Le feu qui brûle dans le foyer, dans l'âtre. Brasier, 1. feu (→ Calciner, cit. 3). || Foyer qui agonise (→ Agonisant, cit. 1), qui s'éteint, qui meurt. || Foyer ardent, flamboyant. || Foyer qui jette des clartés (cit. 3).Foyer d'incendie.REM. Dans cette locution, foyer a en même temps le sens propre de « feu, brasier » et celui de « point précis d'où se propage, rayonne l'incendie » (→ ci-dessous, III.).
4 Mon foyer (…) ne brûlait pas tout bonnement, comme les autres, pour satisfaire par quelque cuisine aux besoins de mon corps. Il était aussi le feu saint, sur lequel (…) mijote le repas du voyageur. Jamais je ne l'ai vu éteint. Quelquefois, il couvait sous la cendre, mais qu'on soufflât dessus et il flamboyait.
H. Bosco, le Jardin d'Hyacinthe, p. 85.
Foyer sacré. 1. Feu (sacré).
5 Le père est le premier près du foyer; il l'allume et l'entretient; il en est le pontife.
Fustel de Coulanges, la Cité antique, p. 94.
Fig. (rare). Brasier, 1. feu, flamme. || Le foyer de l'amour, de l'amitié, de la passion, du désir (→ Camaraderie, cit. 2).
3 Partie d'un appareil de chauffage, domestique ou industriel, dans laquelle brûle le combustible. || Foyer d'une chaudière (cit. 2), d'un four, d'un fourneau… (→ Cuisson, cit. 1). || Foyer d'un calorifère, d'un poêle (→ 2. Poêle). || Foyer fumivore, qui brûle lui-même sa fumée et n'en dégage pas. || Foyers à chargement renversé, à chargement alterné, à injection de vapeur. || Foyer à grille, constitué par une grille séparant le cendrier de la chambre de combustion. || Foyers à chargement automatique : foyer à pelletage, à projection, à auges multiples, à chaîne sans fin. || Registre réglant le tirage d'un foyer. || Foyer dans lequel on prépare les gaz pour les fours à récupération de chaleur. Gazogène. || Foyer d'une locomotive à vapeur.Mar. || Fourneau de foyer.
6 (…) à mesure qu'on descendait, la chaleur était suffocante, une chaleur de four, qui venait du goyot de tirage, heureusement peu actif depuis la grève, car en temps de travail, lorsque le foyer mangeait ses cinq mille kilogrammes de houille par jour, on n'aurait pu se risquer là, sans se rôtir le poil.
Zola, Germinal, IV, VI.
6.1 Des pelletées de charbon et de bois furent engouffrées dans le foyer de sa chaudière, le feu se ranima, la pression monta de nouveau (…)
J. Verne, le Tour du monde en 80 jours, p. 274 (1873).
———
II Par ext. Lieu servant d'abri, d'asile.
1 (1580). Lieu où se réunit, où habite la famille.(1673). Famille, groupement familial. Demeure, domestique (vx), maison, ménage; famille (cit. 3, 4, 10, 19 et 25). || Le foyer paternel, conjugal. Domicile. || Foyer rustique, populaire (→ Caboulot, cit. 1). || Impôt réparti par foyer. Fouage. || Rester au foyer (→ Cantonner, cit. 3).Vx. || Homme de foyer (Académie), qui aime la vie domestique ( Casanier, sédentaire; → fam. Pantouflard). || La sécurité des foyers (→ Carabinier, cit. 2).La femme, la mère au foyer (→ Féminisme, cit. 3), qui ne travaille pas au-dehors.(XXe). || Être sans foyer, sans foyer ni patrie (→ N'avoir ni feu ni lieu; cosmopolite, cit. 1). || Revenir au foyer; retour au foyer. Bercail (→ Essuyer, cit. 16).Les dieux du foyer, dans l'antiquité. Lare, pénates.
7 Qu'ils tremblent, à leur tour, pour leurs propres foyers.
Racine, Mithridate, III, 1.
8 Dieux ! eussiez-vous dit, que sont devenus ces toits de chaume et ces foyers rustiques qu'habitaient jadis la modération et la vertu ? Quelle splendeur funeste a succédé à la simplicité romaine ?
Rousseau, Disc. sur les sciences et les arts, I.
9 L'humanité entière comprend la joie du foyer, les affections de famille, l'abondance de la vie, la simplicité du cœur et la religion.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 240.
10 Table toujours servie au paternel foyer !
Hugo, les Feuilles d'automne, I (→ Mère, cit. 8).
11 L'hôpital se remplit de leurs soupirs (des malades). — Plus d'un
Ne viendra plus chercher la soupe parfumée,
Au coin du feu, le soir, auprès d'une âme aimée.
Encore la plupart n'ont-ils jamais connu
La douceur du foyer et n'ont jamais vécu !
Baudelaire, les Fleurs du mal, Tableaux parisiens, XCV.
12 Ah ! qu'il est bon au retour, le foyer,
Et qu'il est doux, le vieux lit de noyer,
Quand on s'y couche, après un long voyage.
Verlaine, Poèmes saturniens, Premiers vers, « Imité de Catulle », II.
13 (…) La femme
Gardienne du foyer (…)
Verlaine, Bonheur, XXX.
14 C'est ma femme, enfin celle avec qui je pourrai construire un foyer comme je le rêve.
Paul Bourget, Un divorce, IX, p. 343.
15 (…) un foyer ne doit pas être un lieu où l'on séjourne, mais un lieu où l'on revient.
Montherlant, le Démon du bien, p. 49.
Au plur.Rentrer dans ses foyers, dans son pays natal, à son domicile. Pénates (fig.). || Soldat renvoyé dans ses foyers, démobilisé.
16 Barnave, rentré en janvier 1792 dans ses foyers, après la clôture de l'Assemblée constituante (…)
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 8 avr. 1850, t. II, p. 22.
17 En tout cas, vous êtes encore des soldats. Tant qu'on ne vous aura pas renvoyé dans vos foyers, vous serez des soldats et vous obéirez à vos chefs.
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 41.
Par ext. || Un jeune foyer. Ménage. || Les jeunes foyers chrétiens.
2 (Fin XIXe). Local servant de lieu de réunion, d'asile à certaines catégories de personnes. || Foyer de soldat (→ Front, cit. 32), du marin. || Foyer d'étudiants, de jeunes travailleurs.Le Foyer, comédie de Mirbeau (nom d'une société de bienfaisance).
3 Anciennt. Salle commune où se rassemblaient les acteurs, les spectateurs dans un théâtre, pour se chauffer.(1752). || Foyer des acteurs, des artistes : salle commune où se rassemblent les acteurs.(Av. 1709). Mod. || Foyer (du public), où les spectateurs peuvent aller pendant les entractes (pour boire, fumer).
18 Pons se montrait quelquefois au foyer; mais Schmucke ne connaissait que le chemin souterrain qui menait de l'extérieur du théâtre à l'orchestre.
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 543.
19 Bref, il a parlé, avec une grâce et une tendresse pareilles, du foyer domestique et du foyer de la Comédie.
Jules Lemaître, Impressions de théâtre, III, p. 156.
20 (…) j'allais presque chaque soir à la Comédie-Française, connu de tous, flânant à mon gré partout, dans les couloirs, au foyer, sur la scène (…)
Paul Léautaud, le Théâtre de M. Boissard, XLI.
———
III (Par anal. avec le feu qui rayonne de l'énergie).
1 (Mil. XVIIIe). Lieu, point d'où rayonne la chaleur, la lumière. || Un puissant foyer lumineux. Source (de lumière). || Le soleil, foyer d'énergie (→ Couleur, cit. 4).
(1637, Descartes). Opt. Sommet du faisceau conique formé par réfraction ou par réflexion d'un faisceau lumineux formé de rayons parallèles. || Foyer par réflexion (miroir), par réfraction (lentille). || Le foyer d'un objectif photographique. || Faire varier le foyer d'un objectif à focale variable (zoom). || Foyer réel. || Foyer virtuel : point où convergeraient les rayons réfléchis prolongés. || Relatif aux foyers d'un instrument d'optique. Focal. || Système optique dont les foyers sont rejetés à l'infini ( Afocal).Lunettes, verres à double foyer. || Des double-foyer ou des doubles-foyers. Bifocal.
(Fin XIXe). Fig. Point où se concentre qqch. || Le regard, foyer de l'intelligence.
2 (1690). Géom. Dans une conique (ellipse, hyperbole, parabole), Point tel qu'il existe un rapport constant entre sa distance à chacun des points de la courbe et la distance de ces mêmes points à une droite fixe (directrice). || Distance du foyer à la courbe. Rayon (vecteur). || L'ellipse (cit. 4) et l'hyperbole ont deux foyers et deux directrices. || La somme ou la différence des foyers à un point quelconque de l'ellipse, de l'hyperbole, est constante. || La parabole a un foyer situé sur son axe. || Mouvements autour d'un foyer (→ Corollaire, cit. 2). || Les orbites des planètes décrivent des ellipses dont le soleil est un foyer.
3 (Av. 1704). Point central, d'où provient qqch., à partir duquel se propage un processus (historique, politique, culturel…). Centre (cit. 14 et 20). || Le foyer de l'effervescence (cit. 4), de la révolte. || Foyer de la culture, de la civilisation (→ Européen, cit. 2). || Un foyer d'intrigues, de complots.
21 L'insurrection s'était fait du centre de Paris une sorte de citadelle inextricable, tortueuse, colossale. Là était le foyer, là était évidemment la question. Tout le reste n'était qu'escarmouches.
Hugo, les Misérables, IV, X, IV.
22 La contagion a fait en deux ans des progrès si rapides, que la maison de ce vieillard n'est plus qu'un foyer d'intrigues où tous les serviteurs sont subornés.
Loti, Aziyadé, III, XIV.
(V. 1560). Siège principal d'une maladie; endroit d'une lésion. || Foyer purulent, tuberculeux (→ Cuti-réaction, cit.). || Foyer d'une fracture.Lieu d'où se propage une maladie. || Les îlots insalubres, foyers d'épidémies. || Foyer d'infection (→ Extension, cit. 5).
Par anal. || Foyer profond d'un séisme : point où les contraintes accumulées dans les roches se libèrent brutalement.
4 (XXe). Écon. Groupement géographique (d'industries, de commerces…). || Les foyers industriels du Nord.
DÉR. Foyère.
COMP. (Du sens I.) Avant-foyer.
HOM. Fouailler.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Foyer — des Raffles Hotel (Singapur) …   Deutsch Wikipedia

  • Foyer S.A. — Foyer S.A. (LuxSE|FOY) is an insurance company, based in Leudelange, in south western Luxembourg. The company offers services to both individuals and businesses, covering a range of products, including: life insurance, car insurance, home… …   Wikipedia

  • Foyer — Sn Vorraum, Wandelhalle erw. fremd. Erkennbar fremd (19. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. foyer m. (eigentlich: Raum mit Feuerstelle ), aus l. focārius zum Herd gehörig , zu l. focus m. Feuerstätte . Ausgehend von der Bedeutung beheizbarer Raum …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • foyer — Foyer. s. m. Atre, Lieu où se fait le feu. Oster la cendre du foyer. On dit, d Un homme qui aime le le repos, & qui meine une vie retirée, que C est un homme qui aime à garder son foyer. Foyer, se dit aussi De la chaleur interne qui cause la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Foyer — Foyer: Die Bezeichnung für »Vorhalle, Wandelgang (im Theater)« wurde zu Beginn des 19. Jh.s aus gleichbed. frz. foyer entlehnt, dessen Grundbedeutung »Herd; Raum mit einem Herd, Wärmeraum« ist. Das frz. Wort geht zurück auf vlat. *focarium, eine… …   Das Herkunftswörterbuch

  • foyer — 1859, from Fr. foyer green room, room for actors when not on stage, lit. fireplace, from O.Fr. foier furnace, stove, hearth, fireplace (12c.), from L. focarium, noun use of neut. of adj. focarius having to do with the hearth, from focus hearth,… …   Etymology dictionary

  • foyer — {{/stl 13}}{{stl 7}}[wym. fuaje – akcent na ostatniej sylabie] {{/stl 7}}{{stl 8}}rz. n ndm {{/stl 8}}{{stl 7}} korytarz lub sala przylegające do sali koncertowej, konferencyjnej, widowni teatralnej, operowej itp., dokąd udaje się publiczność lub …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • Foyer — [Wichtig (Rating 3200 5600)] Auch: • Eingangsbereich Bsp.: • Warte im Foyer auf mich. • Das Haus hat einen großen Eingangsbereich …   Deutsch Wörterbuch

  • Foyer — Foy er , n. [F., fr. LL. focarium fireplace. See {Focus}, n.] 1. A lobby in a theater; a greenroom. [1913 Webster] 2. The crucible or basin in a furnace which receives the molten metal. Knight. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Foyer — (fr., spr. Fojeh), 1) Feuerherd; 2) so v.w. Minenherd; 3) Brenn , Mittelpunkt; 4) Unterhaltungszimmer od. Gang zum Promeniren neben einem Theater od. Concertsaale, wo sich gewöhnlich ein Buffet befindet. In Frankreich hat man F. publics (spr. F.… …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.